Economie sociale et solidaire : un accord pour des lendemains plus faciles

, par Club de la Presse. Catégorie : Au Club

img_20190704_112032

Quand des entreprises œuvrant dans le domaine de l’économie sociale et solidaire (ESS) se rencontrent et s’accordent, cela peut créer une synergie pour mieux venir en aide aux plus démunis et de manière positive. Ainsi Envie Gironde signait jeudi 4 juillet au Club de la Presse de Bordeaux des conventions avec Habitat et Humanisme Gironde, l’Accorderie de Canéjan et Pays des Graves et Episol Pessac.

André Boiteau, président d’Envie Gironde, a rappelé les objectifs d’Envie, association créée il y a trente-cinq ans : « permettre aux personnes en difficultés de s’équiper en électro-ménager ». Depuis, la société, accueillant du personnel en insertion, récupère et rénove ce type de matériel mais aussi des ordinateurs et d’autres appareils domestiques. Cinquante unités existent dans tous le pays. La région est bien couverte. Dans le département deux magasins de vente sont ouverts à Pessac et Lormont et Envie Aquitaine collecte des produits Ecocert ou provenant de la grande distribution.

Envie Gironde s’est rapprochée de trois autres associations de l’ESS pour signer des conventions au bénéfice des plus démunis.

La première association concernée, Habitat et Humanisme Gironde, s’occupe, elle, de procurer des logements aux personnes en difficulté, premier pas pour les sortir de la rue. Son président, Bruno Martin, a présenté cette association, créée elle-aussi il y a trente-cinq ans, qui dispose de logements (une cinquantaine à Bordeaux), grâce à de l’épargne solidaire et se porte garante auprès de bailleurs sociaux ou de propriétaires privés pour loger des personnes nécessiteuses (ce qui représente autant de possibilités).

L’Accorderie de Canéjan et Pays des Graves, créée il y a seulement trois ans, a pour objectif, selon sa vice-présidente, Annie Groleau, de « recréer du lien social par le biais de l’échange de services entre habitants. Echange fondé sur le temps et non l’argent. Car on sait tous faire quelque chose même si on l’ignore. » L’Accorderie qui dépasse largement le périmètre de Canéjan et même du Pays des Graves regroupe 475 adhérents de Bordeaux au Sud du département.

L ‘épicerie solidaire Episol de Pessac a, elle aussi, trois ans et concerne déjà 1000 personnes : « bénévoles et bénéficiaires », a expliqué son président, Jean-Pierre Bourdeau. Les prix des produits affichés dans le magasin peuvent encore être réduits de 25 ou 50 % selon la situation des acheteurs. Mais Episol est également plus qu’une épicerie : des sacs fabriqués par des bénévoles séniors pour favoriser le vrac, un futur jardin partagé ou encore un frigo solidaire…

Les personnes envoyées par ses trois associations bénéficieront désormais chez Envie Gironde de remises supplémentaires (sur des prix déjà très inférieurs à ce que l’on trouve communément dans le commerce) ainsi que des services privilégiés : livraison et installation gratuites.

Ces conventions ne devraient pas être uniques. Envie prévoit de poursuivre et d’élargir ce type de partenariats avec d’autres associations similaires.

(Photo Club de la Presse : Annie Groleau – Accorderie Canéjan et Pays des Graves -, Bruno Martin – Habitat et Humanisme Gironde -, André Boiteau – Envie Gironde – et Jean-Pierre Bourdeau – Episol Pessac)


Présentation Habitat et Humanisme : hh-national-hh33-chiffres-cles

Site Accorderie de Canéjan et Pays des Graves

Site Episol Pessac

Site Envie Gironde

Le communiqué de presse d’Envie relatif à cette signature

Cet article vous a plu ?