Joël Aubert, mort d’un grand

, par Club de la Presse. Catégorie : Choix du Club

Joël Aubert

Joël Aubert n’est plus.

Ces mots toucheront celles et ceux qui l’ont connu, ont croisé sa moustache, son béret ou les deux à la fois, son sourire doux, aussi. De l’humaniste ou du journaliste, on ne sait lequel des deux était le plus grand; les deux nous manqueront autant. Poète, indigné, Joël était passionné par la presse, par celles et ceux qui la font. Sa brillante carrière à Sud-Ouest aurait pu le pousser vers une forme de nostalgie, de regret d’un âge d’or du journalisme sans doute plus fantasmé que réel; il n’en fut rien. C’est vers l’avenir qu’il s’est tourné, vers Aqui, deuxième pure-player d’information apparu en France, vers ses jeunes consoeurs et confrères qu’il a embarqués, au fil du temps, dans cette aventure. Joël Aubert était de ces journalistes jamais blasés, toujours curieux, toujours bienveillants, toujours enclin à comprendre et à aller vers l’autre. A questionner le journalisme, à l’imaginer, à le bousculer parfois. Il nous manquera beaucoup.

Joël Aubert n’est plus. Reste une empreinte, immense.

Cet article vous a plu ?