L’annuaire 2019 du Club sous le signe des 40 ans

, par Club de la Presse. Catégorie : Choix du Club, Profession

JEAN BERTHELOT, MARIE CHRISTIANE COURTIOUX, CLAUDIA COURTOIS,   LAETITIA LANGELLA, JEAN PIERRE SPIRLET, LES ANCIENS PRESIDENTS DU CLUB DE LA PRESSE SOUFFLANT LES 40 BOUGIES DU CLUB, LORS DE LA PRESENTATION DE L' ANNUAIRE DU CLUB DE LA PRESSE DE BORDEAUX DANS LES LOCAUX DU JOURNAL SUD OUEST, LE 13 MARS 2019, BORDEAUX, GIRONDE, NOUVELLE AQUITAINE, FRANCE.

Sud Ouest a accueilli le 13 mars plusieurs dizaines de membres du Club de la Presse pour une double cérémonie : la remise de notre nouvel annuaire, fort de 172 pages, et la première étape de la célébration de nos quarante ans.
Christophe Galichon, le directeur des Opérations et de la Rédaction de Sud Ouest, a accueilli chaleureusement les nombreux invités du club, au quatrième étage de l’immeuble du quai des Queyries, en les remerciant d’être venus. « Il y a 40 ans, a-t-il souligné, Jean-François Lemoîne a joué un rôle important avec Pierre Cherruau. L’histoire du club montre que Sud Ouest s’est beaucoup investi. Plusieurs présidents élus par la suite étaient du journal. » Il évoquera le respect de la neutralité nécessaire qui a toujours marqué les relations du plus grand média de la région avec un organisme pluraliste. « Le Club joue un rôle important, conclut-il, car dans le monde où l’on vit il est indispensable que les médias se retrouvent dans un lieu ouvert à toutes les sources, avec les représentants des territoires et les institutions. Bienvenue à tous ! ». Jean Berthelot de la Glétais, le nouveau président du Club, a remercié le journal pour cette ouverture indéfectible, avant de rendre hommage à Marie-Christine Cherruau, l’épouse du fondateur aujourd’hui disparu.

« Marie-Christine est parmi nous ce soir. Elle est membre du club depuis sa création et elle continue d’œuvrer pour qu’il soit le plus actif possible. Je voudrais la remercier sincèrement et lui dire que sa présence est importante pour nous. »

475 membres

Et le président de rappeler l’article 2 des statuts de l’association selon la loi de 1901 qui régit le Club, « qui a pour but de rassembler à Bordeaux, dans un esprit confraternel, les journalistes professionnels des différents moyens d’information. Elle est un point de rencontre et de dialogue, libre de toute attache politique, philosophique, confessionnelle ou syndicale ».

Avec cette année la liste des 475 membres cotisants, dont 136 journalistes (membres titulaires) et 254 communicants (membres associés), mais aussi d’autres acteurs de l’information et des étudiants, l’annuaire 2019 propose aussi un guide élargi et actualisé de tous les médias de Nouvelle-Aquitaine.

« Il y a jusqu’à 150 rencontres et conférences de presse par an dans nos locaux, ajoute le président, et nous accueillons de nombreux journalistes de passage. » Cela correspond à un autre point des statuts : « accueillir dans la région tous les journalistes français ou étrangers, en facilitant leur séjour et leur mission. »

Il rappelle les premières étapes de la fondation du Club. Si Pierre Cherruau sensibilisa Sud Ouest dès 1975, à l’automne 1978 il réunit une première équipe, avec également des journalistes de radio et de TV. Puis il élargit encore le cercle sur un exercice pratique : l’accueil en juin 1979 de 19 journalistes québécois venus en stage de l’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ), dont certains sont revenus encadrer des jeunes l’an dernier à Bordeaux.

« Entretemps, les deux premières dates officielles furent le 14 février, dépôt des statuts à la préfecture, et le 28 février, publication au Journal Officiel. Ensuite, il y aura le 12 décembre 1979 l’inauguration des locaux par Jacques Chaban-Delmas, le maire de Bordeaux, au 9 rue des Capérans. Et je salue aujourd’hui ici la présence de Fabien Robert, qui s’est déplacé au nom de la Ville pour marquer l’anniversaire. »

Mais il y aura d’autres occasions de célébrer ces quarante années d’existence. Et Jean Berthelot de la Glétais annonce une seconde étape à l’occasion du Printemps du Club, rencontre annuelle qui nous permet d’organiser des débats sur de grands sujets touchant à la profession et à l’actualité. « Une exposition de photos va se tenir au siège du club et deux débats seront organisés autour du passé et de l’avenir du journalisme à Bordeaux. Ce sera en avril. Et à l’automne prochain nous allons organiser une grande soirée de fête. Nous vous donnerons rapidement plus de détails sur ces deux événements.  »

Déjà, le 14 février, le Club a organisé une rencontre avec des Gilets jaunes sur le thème de l’usage des médias ; en janvier 2015 il était sollicité pour fédérer toutes les actions « Je suis Charlie » à Bordeaux après les attentats.

« Il y aura encore cette année une nouvelle manifestation qui s’efforcera de réunir le plus de journalistes possibles, car nous sommes la profession la plus utile à la démocratie, mais la plus menacée aussi. Nous devons renouer le dialogue avec le grand public. La base de notre métier est d’être au service du public et pas de comploter contre lui. »

Il évoque la campagne d’éducation aux médias, menée avec le CLEMI, organisateur de la Semaine nationale de la presse dans l’école, que le Club soutient depuis son lancement en 1989.

« Moi qui, comme dirait Brassens, balance entre deux âges, je peux dire à quel point il est important d’associer les jeunes très tôt à notre profession. »

Et outre les jeunes des collèges et des lycées, il y a les étudiants en journalisme, qui ont des représentants au conseil du Club, et les journalistes pigistes, réunis dans un espace au deuxième étage de la rue des Capérans, dénommé « la Tour de Piges ». Il s’agit ici de lutter contre la précarité et apporter des réponses, notamment en associant les seniors et les jeunes pour mutualiser les expériences.

« J’en termine en disant simplement que parler de précarité, de difficulté, c’est évoquer objectivement notre métier. Mais cela ne doit certainement pas le caractériser : le journalisme est d’abord un métier qui permet de rester curieux, s’ouvrir, de découvrir souvent, de ne jamais s’ennuyer, et peut-être, même à un niveau très modeste, de faire un peu progresser les valeurs auxquelles on croit. C’est un métier qui, paradoxalement ou non, continue de faire rêver. Si le Club peut aider à ce qu’il permette aussi d’en vivre, tout en regagnant la confiance des citoyens, alors il aura pleinement joué son rôle. »

Photo : Jean Berthelot s’associe à quatre ancien.ne.s président.e.s du Club pour célébrer les 40 ans. Photo prise par Philippe Roy, lui-même ancien président.

—————————————————-

PRATIQUE

Annuaire 2019 du Club de la Presse de Bordeaux

Gratuit pour les adhérents

Prix : 100 euros

Commande à adresser à Laura Bonvalot, Coordinatrice,

Club de la Presse de Bordeaux

9 rue des Capérans

33 025 Bordeaux Cedex

Tél. 05 56 44 03 65

Mél : contact@club-presse-bordeaux.fr

Cet article vous a plu ?