Le Conseil régional d'Aquitaine investit 18,8 M€ enGironde

, par Courtioux Marie-Christiane. Catégorie : Communiqués

 

 

 

Commission Permanente du lundi 6 juillet 2015

 

Le Conseil régional d’Aquitaine investit 18,8 M€ enGironde

 

 

Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine, et les élus régionaux se sont réunis en Commission Permanente ce lundi 6 juillet 2015 à l’Hôtel de Région et ont voté 268 dossiers pour un montant total de 74.310.220,88 €. Plusieurs dossiers phares concernent la Gironde, dont les suivants :

 

300.000 € d’aide à l’investissement pour les Nouveaux établissements Fresson (Pessac) – création prévue de 11 emplois

Spécialisés dans la mécanique de précision, les Nouveaux établissements Fresson fabriquent des pièces pour des donneurs d’ordre des secteurs aéronautique, médical et pétrolier.

En développant le pôle usinage des matériaux durs et en intégrant des centres d’usinage 5 axes, la société a augmenté sa capacité de production et renforcé sa position concurrentielle. Afin d’améliorer sa compétitivité, l’entreprise va intégrer le programme « Usine du futur » de la Région Aquitaine et continuer à développer son parc de machines avec des capacités nouvelles pour réduire les temps de cycles et de contrôle et réaliser des pièces ouvragées d’aérostructures de grandes tailles (jusqu’à 2.5m). Elle souhaite également devenir un acteur majeur en Aquitaine de l’impression 3D métallique pour être une des premières entreprises d’Aquitaine à réaliser des pièces en matériaux durs, avionables ou non, avec cette technologie.

Pour parvenir à ses objectifs, l’entreprise a décidé d’acquérir 3 machines supplémentaires : 1 centre d’usinage de pièces complexes 5 axes avec palettisation, 1 centre d’usinage de pièces d’aérostructures de grandes tailles, tous deux palettisés et 1 machine d’impression 3D métal à lit de poudre.

 

250.000 € d’aide à l’innovation pour Poietis (Pessac) – création prévue de 17 emplois

Le projet porté par la SAS POIETIS consiste à produire des tissus biologiques à l’aide d’une technologie innovante de bio-impression 3D par laser. La technologie utilisée résulte d’un transfert de technologie de l’INSERM et de l’Université de Bordeaux.

POIETIS a abouti début 2015 à la mise au point d’un prototype fonctionnel de bioimprimante, Modulab V2, qui lui permet de réaliser certains modèles à façon et de tester et mettre au point des modèles catalogues.

 

Pour passer de la preuve de concept au déploiement commercial, POIETIS doit aujourd’hui poursuivre ses travaux de R&D en lançant un nouveau programme visant à créer sa première bio imprimante industrielle, reproductible et performante, à un prix de revient maîtrisé : Modulab V3. Cette nouvelle génération de machine doit permettre d’engager la production des premiers modèles de tissus et de déployer l’installation de machines vers des collaborations extérieures, sources de clients potentiels. POIETIS pourra ainsi atteindre ses premiers marchés applicatifs, à savoir les centres de recherche et d’évaluation cosmétiques, pharmaceutiques et les laboratoires de recherche préclinique.

 

768.654 € pour le programme de recherche et d’expérimentation d’Invenio (Villenave d’Ornon)

Invenio met en place un programme d’expérimentation et de recherche axé sur deux grands secteurs : les productions légumières et les productions arboricoles.

Ce programme a pour objectif de répondre aux principales problématiques de la profession dans les deux secteurs au travers des actions portant sur le matériel végétal, la protection de la plante, l’optimisation des techniques de production, la maîtrise des impacts environnementaux avec les méthodes alternatives et production durable et la production biologique.

Les principaux axes de recherche sont notamment :

–        Asperge : recherche de références en culture haute densité

–        Carotte : fertilisation phospho-potassique

–        Culture bio : sélection de nouvelles variétés adaptées

 

305.096 € à Radhius SAS (Mérignac) pour le projet Morpheus

Le projet MORPHEUS a pour ambition de développer et de valider médicalement une application smartphone connectée à un capteur  qui mesurera l’activité physique, les horaires de sommeil et analysera la quantité de sommeil. L’outil délivrera les informations sur le sommeil directement sur l’application smartphone. L’originalité du projet réside dans le développement conjoint d’un outil de e-santé validé scientifiquement qui donnera également des informations aux personnels de santé pour une aide au diagnostic. La société Radhius se chargera de la conception et du développement de l’application et l’unité de recherche SANPSY se chargera de la validation médicale.

 

50.000 € à Value Feet (Cestas) pour la production de fers à chevaux sur-mesure – création prévue de 18 emplois

Value Feet est une société spécialisée dans la recherche, le développement et la production de fers à chevaux pour la compétition, sur-mesure et novateurs.

Le concept va permettre de réaliser des fers entièrement adaptés à chaque pied d’un cheval, à la géométrie souhaitée par le maréchal ferrant et avec des structures plus performantes (multi-matériaux) qu’un fer en aluminium standard.

La société développe également un logiciel et un scanner numérique, permettant de visualiser en temps réel les caractéristiques physiques et thermiques de chaque sabot. Cela donnera la possibilité au professionnel de configurer lui-même la forme du fer-à-cheval, à partir d’un écran tactile. Le tout sera proposé sous la forme d’unmodule complet et mis à la disposition des maréchaux-ferrants.

Cette innovation va permettre aux maréchaux ferrants une valorisation nouvelle de leur travail et leur permettra de gagner en productivité, en précision, en performance avec un temps de pose sensiblement raccourci.

 

200.000 € pour la Maison régionale des Sports de Talence

La Région a souhaité construire une nouvelle Maison régionale des Sports à Talence dont l’objectif est de mutualiser les moyens logistiques, matériels et humains destinés au mouvement olympique et sportif régional (ligues  et comités). Le site retenu est l’ancien bâtiment A du lycée Kastler, à Talence, désaffecté du patrimoine immobilier de l’établissement.

L’opération, d’un montant de 7 500 000 €, a été engagée lors de précédentes commissions permanentes pour un montant de 7 300 000 €. Afin de répondre à des nouveaux besoins générés par le changement d’affectation du 3ème étage du bâtiment, il convient d’affecter 200 000 €. En effet, ce montant permettra notamment :

– l’aménagement du 3ème étage ;

– la mise en place de panneaux photovoltaïques pour optimiser le bilan énergétique du

bâtiment ;

– l’augmentation de la capacité des réseaux informatiques et électriques afin d’accueillir

de nouvelles structures sportives en lieu et place des salles d’examen initialement

prévues ;

– le traitement des espaces extérieurs (aménagements paysagers et parkings) ;

– l’amélioration de l’accessibilité pour l’accueil des personnes en situation de handicap.

 

 

 

500.000 € au Lycée Saint-Louis (Bordeaux) pour les travaux de l’externat et des ateliers

Dans le cadre du PPI 4, le Conseil régional d’Aquitaine finance des opérations de restructuration et d’extension des locaux de l’externat et des ateliers du lycée Saint-Louis.

Le PPI N°4 Opération Lourdes de restructuration, réhabilitation affiche clairement 4 priorités :

–       Offrir un cadre propice aux apprentissages et à l’épanouissement des acteurs de l’éducation ;

–        Relever le défi environnemental ;

–       Assurer la cohésion territoriale de l’Aquitaine en développant les liens entre les lycées et le tissu économique et social et en contribuant au rééquilibrage territorial ;

–       Être exemplaire dans l’acte de construire avec, à l’issue d’une concertation large, des chantiers favorisant l’insertion des publics en difficulté et des bâtiments accessibles à tous.

 

 

 

 

Contact presse :

Rachid Belhadj : 05 57 57 02 75 & 06 18 48 01 79 / presse@aquitaine.fr

Facebook : RegionAquitaine & Twitter : @RegionAquitaine

 

 

Société communicante : 
Conseil Régional d’Aquitaine
presse@aquitaine.fr

Cet article vous a plu ?