LA PRESIDENTIELLE DANS « SUD OUEST »: LECTEURS TEMOINS, REPORTAGES ET NEWSLETTER

, par Club de la Presse. Catégorie : Actualité des médias

stgenis-pilp

Le second quotidien régional de France mise plus que jamais sur sa proximité avec la population, pour expliquer et commenter tous les aspects de l’élection sur des supports variés, du papier à la newsletter. Dans les grandes villes comme depuis les plus petites communes, journalistes et correspondants feront remonter l’information, avec une dimension de reportage bien affirmée.

« Sud Ouest et l’élection présidentielle, c’est une histoire au moins aussi longue que celle de la Vème République et son suffrage universel. Où il est question, à travers les temps, d’écouter et de scruter, de rendre compte et d’analyser. Et peut-être, plus que jamais, de décrypter, si c’est un moyen de convaincre d’aller voter. » Ainsi Jean-Pierre Dorian, le rédacteur en chef du journal,  précise-t-il dans l’éditorial d’une nouvelle newsletter « Présidentielle: paroles citoyennes« (1), la démarche qui a été définie pour couvrir l’élection de 2022.

« Dans une campagne déjà enclenchée aujourd’hui, explique-t-il, nos reporters parcourront donc l’Hexagone pour revivre les moments-clés du quinquennat ; notre rédaction accueillera chaque candidat déclaré soucieux de rencontrer nos lecteurs, leurs électeurs ; nous suivrons meetings et grands rendez-vous politiques ; nous irons à la rencontre des militants comme de ceux qui votent blanc ; sur sudouest.fr, vous pouvez déjà participer au débat en ligne, écouter un podcast dédié (le « Polcast« ) et, signe des temps, la rubrique « le vrai du faux » sera régulièrement là pour chasser la fausse information. Mais surtout, Sud Ouest ne va cesser de venir et revenir à votre rencontre. »

Il donne en exemple le premier reportage d’une série « Par ici la présidentielle« , qui s’est déroulé à Miramont-de-Guyenne, « où les journalistes sont allés pour vous entendre et vous raconter. Pour illustrer le fait que le mot « mobilité » est lu ou entendu différemment selon que l’on vive dans la petite bastide lot-et-garonnaise ou dans le quartier Bacalan à Bordeaux. » Et le journal a sélectionné cinq communes dans la région pour prendre le pouls des habitants et mesurer leurs attentes avant l’élection présidentielle. « Jusqu’au scrutin, nous reviendrons chaque semaine dans l’un de ces lieux, avec le ou la journaliste qui le couvre. »

Un autre aspect important de la démarche de la rédaction est d’apporter des explications, des comparaisons sur des mots et vocables souvent répandus dans les médias, mais parfois compris différemment sur le terrain. Ainsi, il s’agit, pour le rédacteur en chef,  de « vérifier que les expressions « transition écologique » ou « réchauffement climatique » parlent (ou pas) de la même manière à un natif de Biscarrosse, un habitant de Saint-Genis-de-Saintonge ou un nouveau venu à Saint-Jean-de-Luz. S’assurer à quel point pouvoir d’achat, emploi, santé, immigration, logement, sont bien pour vous les thèmes-clés. Dans notre bout de France comme dans tout le pays, sûrement. Mais avec notre océan, nos forêts, nos soucis, nos fiertés, notre accent. Parce qu’ici, c’est le Sud-Ouest. Et que Sud Ouest est là pour cela. Surtout si ça peut aider le ou la future président (e) à l’entendre. »

Au-delà des élections

Cette action méthodique s’inscrit dans une démarche plus large, qui couvre les sujets les plus variés. Dans sa chronique du 11 décembre dernier, le médiateur de la rédaction Fabien Pont rappelait que Jean-Pierre Dorian avait soutenu le développement d’une « Bourse aux reportages« , pour laquelle il insistait sur la nécessité de proposer aux lecteurs « un regard approfondi et fouillé sur un thème précis, mais décliné sous des angles et des sujets différents. Tous les journalistes, éditeurs et auteurs peuvent candidater et présenter un projet en lien direct avec le thème choisi, qui sera examiné par un comité éditorial composé de membres de la rédaction du journal. »

Un thème est fixé pour l’année à cette initiative, et c’est celui des « frontières » qui avait été retenu : « physiques ou immatérielles, réelles ou imaginaires, frontières naturelles, sociales ou culturelles, etc… » Entre six et huit reportages sont sélectionnés chaque année, et ils doivent pouvoir être publiés sur tous les supports. Bien entendu, le reportage n’est pas un moyen unique d’information et le journal a recours à des sources multiples, locales ou plus larges, comme l’Agence France Presse. « Pour autant, note le médiateur, Sud Ouest, journal régional, a toujours préféré voir l’actualité de ses propres yeux dès qu’il le pouvait. Et pas seulement celle ayant lieu dans sa zone de diffusion. Au fil des ans, trois prix Albert Londres sont venus récompenser la qualité du journal, mais aussi sa « curiosité » et son appétence pour l’information, qu’elle soit locale, nationale ou internationale. C’est ce que montre la Bourse aux reportages. Mais cette volonté n’est pas seulement affaire d’image ou de prestige. C’est avant tout une marque d’indépendance éditoriale. »
===========================================================

(1) Sud Ouest dispose de newsletters variées : 19 sur les thèmes les plus divers (dont celle sur la présidentielle), plus 6 réservées aux abonnés, 8 autres pour les départements de la région et 2 pour les « bons plans et cadeaux« . Pour y accéder une inscription est nécessaire sur le site www.sudouest.fr.

Cet article vous a plu ?