Rencontre avec Jacques Trentesaux (Médiacités) : le Club Junior fait son lancement

, par Club de la Presse. Catégorie : Actualités du club

Rencontre Club Junior et Mediacités

Le premier événement du tout nouveau Club Junior s’est déroulé lundi 15 novembre en compagnie du cofondateur et directeur de publication de Médiacités Jacques Trentesaux. L’occasion de mesurer les attentes des participants autour des enjeux d’investigation dans les métropoles et de comprendre les raisons du premier rendez-vous manqué entre Médiacités et Bordeaux. 

Une question brûlait les lèvres. « Pourquoi vous n’avez-vous toujours pas ouvert à Bordeaux ? » Elle n’est venue qu’à la fin de la rencontre nocturne entre Jacques Trentesaux et la quinzaine d’étudiant(e)s et curieux venu(e)s défier le patron de presse qui boude leur métropole. « C’est la ville la plus difficile que j’ai rencontrée » se défend-il à propos du déploiement de Médiacités entrepris depuis 2016. Le média, lancé notamment par des anciens de l’Express, se consacre à l’investigation dans quatre métropoles (Nantes, Lille, Lyon et Toulouse) pour susciter la curiosité des lecteurs et par nécessité démocratique, dans des sphères où « les acteurs locaux n’ont pas l’habitude d’avoir des contradicteurs » insiste Jacques Trentesaux.

Et si Médiacités n’a pas ouvert une cinquième antenne nationale à Bordeaux à la rentrée 2021, c’est sûrement parce que les élites locales aimeraient bien que ça dure. Avec seuls deux investisseurs intéressés, l’équipe pilote n’a pas pu réunir les 200 000 euros nécessaires rien qu’au lancement de la locale. Jacques Trentesaux invite les journalistes, ces premiers concernés, à « davantage se mettre dans la peau d’entrepreneurs de presse potentiels et nous aider plutôt qu’attendre notre venue. » Car, il le maintient : « dans cette ville, il y a mille choses à raconter. »

Jacques Trentesaux en récite aussi des histoires. Lui qui, ce soir-là, était en transit entre l’antenne toulousaine et des rendez-vous le lendemain à Paris, transporte dans sa valise une échéance pesante : réunir 2 000 nouveaux abonnés d’ici la fin de l’année, sans quoi Médiacités mettra le stylo sous la porte. L’équipe en a déjà réuni les trois quarts à force de mobiliser le public. Pas trop épuisant ? « Ça conserve » assure le directeur de publication.

Et même si l’avenir ne se dessine pas à long terme, toujours pas question d’avoir recours à la publicité ou aux partenariats éditoriaux sponsorisés. À la rédaction, on préfère assumer des « choix radicaux ». Quitte à osciller entre les jugements qui varient de « presse à charge » à « contre-pouvoir démocratique », comme lorsque Médiacités révèle, en 2018, les détournements d’argent public du président de la métropole européenne de Lille. Attention, ça pourrait bientôt arriver près de chez vous.

Le Club de la Presse Junior remercie Jacques Trentesaux et tous les participant(e)s qui ont rendu les échanges attrayants. À retrouver en décembre, un débat sur l’usage de l’écriture inclusive dans les médias.

Maxime Giraudeau

Cet article vous a plu ?