TNS Sofres présente "L'état de l'opinion en 2015"

, par Courtioux Marie-Christiane. Catégorie : Choix du Club, Médias actu, NTIC Actus, Nouveau

cp-etatdelopinion2015-diff.001

cp-etatdelopinion2015-diff.001Communiqué :
TNS Sofres publie L’état de l’opinion 2015
aux éditions du Seuil

Depuis 30 ans, L’état de l’opinion livre chaque année un regard sur les grands débats et mouvements qui ont marqué l’opinion au cours de l’année écoulée. Co-dirigé par Olivier Duhamel et Edouard Lecerf, et sous la plume d’experts de TNS Sofres et du monde politique, économique, social et universitaire, L’état de l’opinion analyse et commente les grandes études TNS Sofres afin de mieux comprendre l’opinion publique.

Les attentats des 7 et 9 janvier à Paris ont dramatiquement marqué l’opinion. Des millions de Français se sont unis autour des valeurs fondatrices de la République Française, lors des manifestations historiques qui ont suivi ces tragiques évènements. Ces attentats ont incontestablement un impact immédiat et durable sur la société et la politique. Revenir malgré tout sur ce qui a fait 2014 permet de mieux comprendre les enjeux et la toile de fond sur laquelle a déjà commencé à se dessiner l’année très singulière qui débute.

2014, une année riche en retournements politiques…

Un cocktail explosif pour la gauche avec une déflagration électorale inédite aux municipales où la France passe du rose au bleu. Une année où le Front National devient le premier parti de France aux européennes avec près de 25% des voix tandis que la gauche ne parvient même pas à rassembler 1/3 des votants et que l’UMP, regonflée pendant un temps par les municipales, est bousculée dans son leadership et se cherche un sauveur. C’est aussi l’année du retour de Nicolas Sarkozy qui gagne la présidence de l’UMP, celle de l’arrivée de Manuel Valls à Matignon. C’est également l’année de la refonte de la carte des régions, du référendum pour l’indépendance de l’Ecosse et d’une crise de la représentation politique.

• Pour Emmanuel Rivière, si la crise économique et de l’emploi est la principale cause du discrédit des gouvernants, elle ne suffit pas totalement à expliquer l’aggravation récente de la crise de la représentation politique, dont les causes réclament des changements en profondeur de notre vie politique.

• Dans son article consacré à la poussée de partis eurosceptiques et europhobes qui ont marqué les élections européennes de mai 2014, Yves Bertoncini creuse la question de l’évolution de ces mouvements au fil des scrutins nationaux des prochaines années et dans la perspective des élections européennes de 2019.

• Sylvain Brouard et Éric Kerrouche décodent les perceptions et attitudes des électorats français tandis qu’Olivier Duhamel et Edouard Lecerf nous livrent leur analyse sur les évolutions idéologiques des conservateurs-libéraux-socialistes depuis 1985 ; entre une gauche devenue pro-business et une droite devenue majoritairement sociétaliste.

• Nonna Mayer et Vincent Tiberj décryptent l’évolution de la popularité de François Hollande et de sa majorité, de l’élection en 2012 à la déroute de 2014.

• Deux articles se consacrent au devenir de la droite dans la perspective des prochaines élections : alors que Laurent de Boissieu se demande si le centre est condamné à tomber à droite, Guillaume Tabard, évoque la confrontation entre Sarkozy et Juppé, mais aussi le duel de deux lignes de stratégies politiques.

• Lorsque Bernard Cazeneuve s’exprime sur la nouvelle carte des régions, comme la meilleure possible, la plus consensuelle, la plus efficace, il l’évoque tel un beau symbole de la maturité de notre démocratie, un dialogue constructif entre le gouvernement et le Parlement, au service des intérêts de la France et des Français. Carine Marcé et Jean Chiche nous éclairent quant à eux sur le profil politique de ces nouvelles régions.

Des questions de société qui interpellent toujours l’opinion

• Xavier Bertrand décrit les blocages systémiques (modèle administratif et politique, système productif, modèle social et modèle d’intégration) auxquels la société française est confrontée et les graves conséquences pour les Français ; il livre les clefs d’un déblocage à trois niveaux.

• Évolution numérique oblige, L’état de l’opinion 2015 consacre plusieurs chapitres à ce sujet. Nathalie Andrieux évoque la maîtrise du digital comme le nouveau grand enjeu de la « démocratie numérique » tandis qu’Axelle Lemaire aborde la république numérique comme la naissance d’un État moderne, qui repense son rôle et sa place auprès des citoyens.

• Face à une dichotomie offline/online devenue obsolète, Guénaelle Gault analyse les enjeux des nouvelles stratégies digitales qui favorisent l’interaction des marques avec le consommateur.

• Les singularités électorales parisiennes, l’égalité des chances en entreprise, les comportements des Français vis à vis de leur alimentation et, de façon délibérément succincte, d’autres données issues des études 2014 dans le chapitre l’abécédaire de l’opinion, constituent également ce nouvel opus de 300 pages de L’état de l’Opinion 2015.

Tous les chapitres de L’état de l’opinion 2015

• 2014 : des tours, des retours –
Édouard Lecerf
• Où est passée la gauche? De la victoire de 2012 à la déroute de 2014 –
Nonna Mayer et Vincent Tiberj
• Une nouvelle carte des régions en accord avec les attentes des Français –
Bernard Cazeneuve
• Le profil politique des nouvelles régions françaises –
Carine Marcé et Jean Chiche
• De la crise de la représentation à la crise de régime –
Emmanuel Rivière
• Les élections européennes de mai 2014 : poussée europhobe ou «business as usual»? –
Yves Bertoncini
• La société française, une société bloquée? –
Xavier Bertrand
• Paris, le vote singulier d’une ville singulière –
Jean Chiche et Élisabeth Dupoirier
• La guerre Sarkozy-Juppé aura-t-elle lieu ? –
Guillaume Tabard
• Le centre est-il condamné à tomber à droite? –
Laurent de Boissieu
• Perceptions et attitudes des électorats français –
Sylvain Brouard et Éric Kerrouche
• Olivier Duhamel et Édouard Lecerf
• Référendum sur l’indépendance de l’Écosse, 2014 –
Tom Costley et Alastair Graham
• Égalité des chances en entreprise : en finir avec le paradoxe français –
Armelle Carminati-Rabasse
• Remettre le citoyen au cœur de la décision publique –
Christian Leyrit
• Numérique et données personnelles –
Nathalie Andrieux
• La République numérique : partout, pour tous et par tous –
Axelle Lemaire
• Hier le «online» et le «offline», aujourd’hui même plus de «line » –
Guénaëlle Gault
• Le bonheur est-il dans l’assiette ? –
Pascale Grelot-Girard
• Abécédaire de l’opinion – Aurélie Bouillot, Fanny Durand, Caroline Labénère, Camille Morisson, Gaston Solari-Yrigoyen et Eddy Vautrin-Dumaine

A propos de TNS Sofres
Référence des études marketing et d’opinion en France, TNS Sofres est une société du groupe TNS, n°1 mondial des études ad hoc, et présent dans plus de 80 pays. TNS offre à ses clients des recommandations claires et précises pour les accompagner dans leurs stratégies de croissance. Son expérience et ses solutions d’études couvrent la gestion de marque & la communication, l’innovation, la relation client, et le retail & shopper.
TNS nourrit une relation de proximité avec les consommateurs et les citoyens partout dans le monde, et développe une connaissance unique de leurs comportements et attitudes, en prenant en compte la diversité de leurs cultures, de leurs géographies et de leurs systèmes économiques.
TNS appartient au Groupe Kantar, leader mondial en matière de veille, d’analyse et d’information à forte valeur ajoutée. www.tns-sofres.com

Contact Presse
TNS Sofres
Céline Rossignol – 01 40 92 24 10 – celine.rossignol@tns-sofres.com
Nathalie Hamelin – 01 73 79 50 88 – nhamelin@presseattitude.com

Editions du Seuil :
Séverine Roscot : 01 41 48 83 57 – sroscot@seuil.com

Cliquez ici pour visualiser la pièce jointe : CP-Etatdelopinion2015.pdf
Cliquez ici pour visualiser la pièce jointe : Couv-Etatdeopinion2015.pdf

RAPPEL : Depuis 1990, le Baromètre des Valeurs des Français de TNS Sofres analyse et décrypte, tous les 2 ans, l’évolution de la société française. Véritable toile de fond indispensable pour mieux comprendre les valeurs et aspirations des Français, ce baromètre révèle les tendances-phares aujourd’hui et les évolutions depuis 2 ans. L’édition 2014 : des Français plus déterminés, audacieux, même dans leur rapport à l’argent.

Cet article vous a plu ?