UNAFAM : Aider les familles à aider les malades

, par Philippe Loquay. Catégorie : Au Club

img_20170511_102804

Malgré le peu de monde présent au Club de la Presse, à la conférence de l’Union nationale des familles et amis de personnes malades et ou handicapées psychiques (Unafam), celle-ci était riche d’espoir pour les familles faisant face à ce problème. Marie Moutard, Jean-Claude Aubert et Marie Monsion, représentants de l’association, eux-mêmes parents de malades, nous ont parlé des trois grandes missions de l’Unafam.

Tout commence par la diffusion du film animé Manifesto (www.unafam.org/Manifesto-le-film-de-l-Unafam.html) qui résume bien la situation d’isolement des malades psychiques (schizophrénie, troubles polaires, psychoses graves) et de l’entourage proche. La maladie fait peur et souvent les familles sont démunies. Pourtant tout le monde, tôt ou tard peut être concerné par ces maladies invisibles que l’on refuse de voir. En effet, la santé mentale n’est pas acquise ! 2 à 4 % de la population sont touchés, et c’est malheureusement en phase ascensionnelle. Environ 2 millions de malades en France, ce qui représente 8 % de la population française si on inclut les familles et l’entourage. Depuis 2005, les maladies psychiques sont reconnues comme un handicap.

Le soutien aux familles est le premier pas vers la solution. C’est ce que propose l’Unafam depuis 1963. Reconnue d’utilité publique, elle compte plus de 14 000 adhérents. En Gironde, 30 bénévoles actifs formés accompagnent 600 familles par an en moyenne. Mais c’est 60 000 personnes qui sont concernées. Marie Moutard, Jean-Claude Aubert et Marie Monsion, représentants de l’association, eux-mêmes parents de malades, nous ont parlé avec passion des trois grandes missions de l’Unafam.

La première étant le soutien aux familles par toute sorte de moyens pour rompre l’isolement. C’est un enjeu de société que les personnes vivant avec des troubles psychiques puissent accéder aux soins, aux droits sociaux, à l’éducation, au logement, à l’emploi. Deuxième mission : communiquer et déstigmatiser les symptômes et la dangerosité soupçonnée des malades qui sont trop souvent médiatisés. Quand les malades sont bien entourés, les personnes vivent normalement et peuvent exercer de nouveau un métier. La bientraitance contribue aussi au rétablissement des malades.

Enfin la troisième mission : soutenir et faire avancer la recherche. L’association a un conseil scientifique dirigé par Michel Hamon, directeur honoraire de recherche à l’Inserm, professeur émérite de neuro-pharmacologie à l’université Pierre et Marie Curie. Une charte du droit du patient a aussi été élaborée par l’Unafam, dont elle vérifie la bonne application dans les institutions. Pour conclure  : « Nous aurons gagné tous ensemble, lorsque la société aura réalisé que l’handicap est une réalité ordinaire de la vie. », confie l’association.

Caroline Sicard-Evrard

 

À noter sur vos tablettes

Samedi 20 mai 2017 à Bordeaux (Charles Perrens), la Journée départementale Unafam. Ouvert à tous et gratuit. Conférences de Michel Hamon, neuropharmacologue et Michel Combret, sociologue sur le thème :  Recherche,  bientraitance: où en sommes-nous?

Vendredi 9 juin 2017 à Paris, colloque «  Prévenir la transition sur la schizophrénie ».

Pour en savoir plus en Gironde
40 rue du Sablonat
33800 BORDEAUX

Tel. : 05.56.81.44.32

Email : 33@unafam. org ou www.unafam.org/33

Facebook : https://www.facebook.com/Unafam-Gironde-954405954642174/?fref=ts

Présidente déléguée départementale
Marie Muller-Lespinasse 06 82 84 67 52

Cet article vous a plu ?