Michel Iturria relance les « Rubipèdes »

, par Club de la Presse. Catégorie : Profession

images

Le célèbre journaliste-dessinateur de Sud Ouest, aujourd’hui retraité, et qui expose quelques dessins d’actualité au Club de la Presse, n’a pas abandonné la plume. Le journal vient d’annoncer la parution de deux albums réunissant la totalité des 400 planches parues entre 1979 et 1989

« Les Rubipèdes sont les enfants de Denis Lalanne et de Snoopy. Ils sont nés de la rencontre de ma lecture du « Grand combat du XV de France » et de l’arrivée en France des comics et des strips américains. Mes idoles sont les joueurs de l’équipe de France qui, en 1958, sont partis incognito en Afrique du Sud, avec comme seul journaliste Denis Lalanne, de l’Equipe. Lors des deux tests, ils corrigent les Springboks, que l’on considérait comme la meilleure équipe du monde. Je lis le livre qu’en rapporte Denis Lalanne. C’est épique, c’est l’Iliade. Donc je dessine, à ma façon, une épopée. »

Ainsi Michel Iturria a-t-il raconté dans le journal du 4 septembre dernier à Fabien Pont, notre confrère de Sud Ouest, la naissance de cette BD mythique, la seule sans doute à exprimer au plus haut point l’âme du rugby. Le journal a décidé de la rééditer en deux volumes de 200 pages.

Notre journaliste-dessinateur est par ailleurs auteur de plus de 14.000 dessins de commentaire politique dans le journal. Bien que retraité, il publie encore une fois par semaine dans Le Mag. Il est plus discret sur ses débuts, qui ont pourtant montré un vif désir de consacrer toute sa vie à son art : « Sans être un être exceptionnel, j’adorais lire. J’aimais l’histoire, et la mythologie gréco-romaine me passionnait. Ce qui m’a certainement influencé au moment de la naissance des Rubipèdes (…) Pierre Veilletet, rédacteur en chef de Sud Ouest Dimanche, enrôle mes rugbymen, en couleur, sur les deux pages centrales du journal. On ne pouvait pas rêver mieux comme match dominical ! (…) »

Goscinny s’est marré

Auparavant, après quelques sélections dès 1971 dans Sud Ouest Dimanche, la joyeuse équipe du ballon ovale avait fait un bref transfert à Paris, au journal Pilote, prestigieux fer de lance de la jeune BD montante. « Je venais de province, ce qui était un handicap, se souvient Iturria. Je parlais de sport, ce qui valait un mépris souverain. Mais quand j’ai montré mes planches à Goscinny, il s’est marré ! »

Fabien Pont, qui a été chef du service sportif de Sud Ouest avant de devenir médiateur de la rédaction, conclut pour sa part que « les planches n’ont rien perdu de leur saveur, au contraire. Elles nous rappellent les racines d’un sport qui puise sa singularité dans des codes toujours en vigueur aujourd’hui. Mais relire les aventures de ces joueurs-là, c’est l’assurance de passer un bon moment, de rigoler à nouveau pour les plus anciens, et pour les plus jeunes, de découvrir des histoires qui sont parfois très proches de ce que fut ce sport, avant que les gabarits s’uniformisent et que l’arbitrage vidéo ne fasse son apparition… »

——-

* « L’intégrale des Rubipèdes », par Michel Iturria, aux Editions Sud Ouest, publié en deux tomes, 200 pages, 24,90 euros le volume. En vente depuis le 2 septembre dans toutes les Maisons de la Presse et librairies.

* « Les Rubipèdes rechaussent les crampons », dossier réalisé par Fabien Pont, paru dans Sud Ouest daté du mercredi 4 septembre 2019, pages 8 et 9.

* Accessible également sur le site www.sudouest.com

Cet article vous a plu ?