Sexisme et agressions sexuelles : des initiatives au Club pour mieux se défendre

, par Club de la Presse. Catégorie : Au Club

Groupe de parole sexisme

Une deuxième rencontre autour du sexisme et du harcèlement sexuel s’est tenue au club et celle-ci contrairement à la première qui était réservée aux femmes, était ouverte à l’ensemble des adhérents et des adhérentes. Malgré cela, c’est un public essentiellement féminin qui est venu débattre avec Madame Le Bâtonnier Anne Cadiot Feidt, présidente de l’école des avocats d’Aquitaine et représentante du Barreau de Bordeaux. Isabelle Missègue, Attachée de communication du Barreau de Bordeaux et en charge de la communication de l’Ecole des Avocats Alienor / Aquitaine participait également à cette réunion.

Mieux accompagner la victime

Cette rencontre, fort riche et vraiment intéressante, fut l’occasion d’aborder divers points juridiques relatifs au harcèlement sexuel et aux agissements sexistes au sein des entreprises et des organisations.  Mme Cadiot Feidt s’est appuyée sur des cas concrets pour montrer toute la complexité et tous les enjeux des affaires liées à ces situations de harcèlement ou d’agression sexuelle. Au-delà des aspects purement juridiques, la discussion aborda également la situation des victimes et plus particulièrement l’accompagnement psychologique de ces dernières. Pour Madame Cadiot Feidt, les personnes victimes d’agressions sexuelles sont aujourd’hui plutôt bien accueillies dans les différents services de police ou de gendarmerie, « cependant, précisa-telle, le ressenti et la perception de la victime sont tellement forts que l’accueil quel qu’il soit va nécessairement paraître violent ». Et d’ajouter, « dans des situations d’agression, les policiers et gendarmes sont obligés de poser très vite des questions, et cela peut sembler insupportable ».

Pour Madame Cadiot, il est vraiment primordial de travailler de façon interdisciplinaire avec les forces de l’ordre, les juristes et les médecins pour accompagner au mieux les victimes d’agressions sexuelles. « Le parcours d’une victime est long, confirma la Présidente de l’école des avocats, l’accompagnement est nécessaire. L’accompagnement, c’est reconnaître à la victime son droit à dire ».

Cette rencontre aussi a permis d’évoquer la question de la place des femmes et de l’accès de celles-ci aux fonctions de pouvoir. Même si les situations évoluent, un plafond de verre persiste toujours et il semble que les femmes hésitent encore à se saisir des fonctions les plus hautes.  Rappelons que, depuis plus de 500 ans, au sein de Barreau de Bordeaux qui compte plus de 1800 avocats, Madame Cadiot Feidt est la seule femme qui a exercé les fonctions de Bâtonnier.

Précisons également que dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut du Droit Social du Barreau de Bordeaux, des consultations juridiques gratuites réservées aux membres du Club de la presse sont organisées le 28 janvier prochain de 18 à 20 heures. Il suffit de s’inscrire auprès de la coordinatrice du club (contact@club-presse-bordeaux.fr).

Cet article vous a plu ?