My Global Bordeaux va devenir MyCityMedia

, par Club de la Presse de Bordeaux. Catégorie : Médias actu, Newsletter, NTIC Actus

Le 28 août dernier, « My Global Bordeaux », le webzine de la Bordelaise Isabelle Camus, a fêté ses un an. Forte de ce succès, elle s’apprête à lancer le 1er octobre, avec d’autres compères, « MyCityMedia », petit nouveau de la rentrée à Bordeaux. Des recrutements sont en cours

 

MyGlobaltournage20août2013
Crédit photo @Manu Pallman

Ex-correspondante de Sud Ouest aux Chartons et ancienne journaliste à www.aqui.fr, Isabelle Camus, rêve depuis plusieurs années de « voler de ses propres ailes » et d’une presse « plus indépendante ». C’est ce qui l’a amenée à créer « My Global Bordeaux » (http://myglobalbordeaux.com), il y a un an, après un ballon d’essai réussi avec le blog « Chartrons, the place to be ». Résolument local, mais aussi global, ce site, ouvert et participatif, parle de culture, d’écologie, de numérique… Sa rédaction, composée d’une trentaine de contributeurs, tous bénévoles, amateurs d’art, de mode, de cinéma, de gastronomie, de littérature, photographes, écrivains, dessinateurs, spécialistes des nouvelles technologies, voyageurs ou encore musiciens, fait partager ses coups de coeur et ses coups de gueule.

100 000 visiteurs en un an

Français ou étrangers (Isabelle est anglophile), ils  racontent à leur manière comment ils vivent et perçoivent la vie locale bordelaise. En un an, le bilan est plutôt satisfaisant : 294 articles, 1 700 fans sur Facebook et 100 000 visiteurs en un an. D’ailleurs, c’est un signe qui en dit long, près d’une quarantaine de personnes ont répondu à l’appel le 22 août pour tourner près du Grand théâtre le clip des un an de « My Global Bordeaux ». Le clip sera disponible dès le 28 août et vous pourrez le retrouver ici. Ceci étant, ce site ne lui permettait pas de vivre.

« My city media », nouveau pure player bordelais

Très active au niveau local, à 53 ans, Isabelle Camus a décidé de passer la vitesse supérieure et se lance désormais dans une nouvelle aventure. Une aventure, qui s’appelle « MyCityMedia ». Elle sera épaulée par deux jeunes, que nous connaissons bien au Club, Hugo Bazin et Alexander Larter, tous deux 22 ans. Ces deux étudiants, respectivement en master de recherches sur la communication numérique et les mondes anglophones à l’Université Michel de Montaigne à Pessac ont fondé en 2010 l’hebdomadaire Tintamarre à la fac, vendu à 900 exemplaires. Ils avaient d’ailleurs reçu à l’époque un soutien du Club de la presse, qui a imprimé pendant un temps le journal à un coût avantageux et leur a délivré quelques conseils de professionnels expérimentés.

Un site participatif qui promet des enquêtes originales et recrute

« MyCityMedia se décline en trois volets », explique Isabelle Camus. Premièrement, un site d’informations locales, baptisé aussi « My Global Bordeaux », qui proposera chaque mois une enquête réalisée par des journalistes professionnels. Si vous souhaitez y contribuer, n’hésitez pas, les recrutements sont en cours. Elsa Dorey, qui a créé la commission pigistes du Club de la presse de Bordeaux, fait déjà partie de l’équipe. « Ce seront les lecteurs qui choisiront l’enquête parmi trois sujets. Ils pourront aussi rencontrer les journalistes », poursuit-elle. Un concept, qui fonctionne plutôt bien sur Rue 89. Le site sera gratuit, mais les enquêtes seront payantes, 2 euros à l’unité. Au quotidien, le site sera alimenté par Isabelle Camus et Alexander Larter, qui seront rédacteurs en chef, avec l’aide de contributeurs bénévoles. Pour se différencier et « marquer notre originalité, nous travaillons avec un développeur pour avoir un site agréable à lire, esthétique, qui sort du simple cadre textes/images », souligne Isabelle Camus. Deuxième volet, « MySecretCity », un site très « girly » sur les bons plans bordelais. Et, troisième pierre de l’édifice, « MyCityBlog », une plateforme de blogs avec régie publicitaire.

Une forte volonté d’indépendance

Côté publicités, ils entendent là encore faire preuve de singularité en créant eux-mêmes les publicités, qu’ils veulent « esthétiques ». Pour financer l’ensemble de ce projet, « nous avons déjà trouvé un investisseur et allons prochainement en rencontrer un autre », révèle Isabelle Camus. En outre, dans leur business plan, ils envisagent de financer en partie la production journalistique par une activité de créations de sites Internet. « ‘MyCity Media » devrait s’installer dans la pépinière éco-créative des Chartrons et être officiellement lancé le 1er octobre. « On ne sera ni à la botte de la gauche, ni de la droite », prévient-elle, très soucieuse de l’indépendance de son nouveau pure player.

Nicolas César


Cet article vous a plu ?