Pigistes et communicants – vers la réconciliation ACTE II

, par Club de la Presse. Catégorie : Au Club, Profession

Image pour article sur l'événement du 3 juin à l'Espace Beaulieu.

Le 4 mai 2021 dévoilait l’acte I de la réconciliation entre journalistes-pigistes et communicants, co-organisé avec l’APACOM. Avec un premier temps en visio, le 3 juin dernier accordait un second temps sous le signe des retrouvailles pour les adhérents des deux associations, dans le cloître de l’Espace Beaulieu.

 
De nos protagonistes pigistes de l’ACTE I, deux d’entre eux ont pu se libérer pour participer à la phase retour de cette rencontre. Lisa Macineiras, pigiste pour France 3 Régions et France.tv studio et Eva Fonteneau, correspondante de Libération et journaliste à Sud Ouest, se sont, une fois de plus, portées volontaires pour accompagner et mener à bien ce second échange. 

Jean Berthelot de la Glétais, co-fondateur de Podcastine, pigiste pour Revue Far Ouest et Sud Ouest Mag et Président du Club de la presse de Bordeaux, ainsi que Odile Seiter, Fondatrice de Cter&Co et Présidente de l’APACOM ont lancé le coup d’envoi de cette soirée du 3 juin.

C’est une parité quasi parfaite de journalistes-pigistes et communicants qui s’est retrouvée à l’occasion de ce speed-dating. Sous forme d’afterwork, la soirée était orchestrée par trois rounds. Chacun d’entre eux laissait place à 10 min d’échanges entre les acteurs des deux professions. Sous forme de questions-réponses informelles, le but était d’attiser la curiosité respective des deux bords. Un clin d’œil symbolique à l’Espace Beaulieu, qui recevait l’événement, était rendu par la cloche du cloître retentissant toutes les 10 min pour rythmer les trois speed-datings. L’ultime coup de cloche de la soirée laissant ainsi place à un moment plus libre et désinvolte. L’occasion de se retrouver autour du buffet, de partager une anecdote ou de s’attarder sur les détails architecturaux qu’offrent l’Espace Beaulieu et son cloître chargés d’histoires et d’Histoire.

Ce sont alors des retrouvailles attendues et nécessaires qui ont eu lieu. A la clé : rencontres, dialogues, conseils, échanges de contacts… Certains y auraient même trouvé des amorces de sujets de piges, paraît-il ?…

La rencontre du 4 mai avait un rôle de conseiller entre journalistes pigistes et communicants. Autant sur la mise en forme de l’information que sur le rôle des réseaux sociaux comme outils de liaison entre les deux professions, par exemple.
L’afterwork du 3 juin avait plutôt pour mission d’amorcer cette nouvelle relation entre journalistes pigistes et communicants. Un renouveau, un réveil, l’amorce d’un dialogue des deux professions : c’était l’objectif. Un rapprochement que le Club se promet d’entretenir et de consolider.

Kim Gaborieau

Cet article vous a plu ?